Le monde d’après à l’échelon local

Après cette période inédite de confinement, nous vous proposons de répondre à un petit questionnaire pour penser le monde de demain à l’échelon local

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfosMkzTZr0Xykxk10eiqgO1SzDTAEgGYAj8btcxivgxD8kaw/viewform

Mais aussi penser l’après de façon global.

La crise du COVID-19 marque un tournant pour nos sociétés, elle n’est qu’une étape supplémentaire vers la fin d’un modèle dominant qui n’en finit plus de créer des crises toujours plus violentes. La vulnérabilité de nos sociétés, ses dépendances, son instabilité chronique, nous frappe durement.

Cette crise sanitaire nous interroge sur notre système de santé, sur le niveau de pauvreté de plus en plus élevé dans un pays riche, sur un modèle économique où domine l’orthodoxie budgétaire.

Cette crise sanitaire est aussi une crise écologique, elle remet en cause une fois de plus notre modèle économique, nous consentons depuis trop longtemps des sacrifices sociaux, économiques, environnementaux sur l’illusion de ressources illimitées, d’abondance, de solidité.

Nous devons entrer dans une dynamique de changements extrêmement profonds : revenir aux fondamentaux. Cette crise en est l’opportunité. Nous devons revoir nos manières de nous nourrir, nous déplacer, nous loger, travailler, consommer et plus profondément nos priorités, nos besoins fondamentaux.

A ces crises de court terme et long terme, est en train de s’ajouter crise économique et sociale, les populations vont devoir faire face à l’insécurité financière, le chômage, la pauvreté.

La sortie de crise ne doit se faire ni au détriment du climat, ni de l’humain ou de la biodiversité.

Ce n’est pas d’un plan de relance dont nous avons besoin mais d’une transformation, répondre aux difficultés du court terme tout en gardant un cap, une vision pour le futur, donner du sens en structurant cette transformation pour donner forme à la société dans laquelle nous souhaitons vivre.

Une société qui relocalise l’économie dans nos territoires, crée d’emplois d’avenir pérennes, génère des innovations sociales. Une société garante de la justice sociale comme impératif absolu.

Profitons de cette crise profonde pour rendre notre société plus résiliente, sobre, solidaire, en mettant en œuvre une politique d’investissements massifs dans la transition écologique. Sachons voir aujourd’hui les conséquences positives de cet « arrêt » de la planète pour en tirer parti pour demain : investir dans des transports collectifs performants, des réseaux cyclables, rénover énergétiquement les bâtiments, développer l’efficacité énergétique, convertir notre production vers les renouvelables, aider les agriculteurs en transition vers l’agriculture biologique et une alimentation durable, favoriser les circuits-courts, etc.

Nous savons désormais que nous pouvons déroger aux règles d’économies budgétaires face à une urgence absolue, alors retrouvons une autonomie sanitaire, alimentaire, énergétique, et faisons face au réchauffement climatique. Mettons les moyens pour transformer notre société pour le bien de toutes et tous.

Nos propositions pour le déconfinement

La crise que nous traversons est sans précédent et le défi de la réussite du déconfinement s’impose à nous tous.
Le 11 mai sonne la fin du confinement et une phase transitoire s’installera dans notre pays. La réussite de cette nouvelle phase reposera principalement sur le travail des collectivités territoriales.

Nous avons identifié 5 priorités : prudence sanitaire, accompagnement des saint-genois-es, en premier lieu les plus vulnérables, adaptation du service public de l’éducation, soutien au tissu économique local, transformation des espaces publics et des mobilités.

Nous avons donc décidé d’adresser un courrier au Maire de Saint-Genis-Laval pour présenter des solutions et lui proposer, comme nous l’avions déjà fait au début de la crise, de travailler collectivement à la phase déconfinement.

Rencontres avec des associations saint-genoises

24 février 2020 – Rencontre avec les bénévoles du Secours populaire de Saint-Genis-Laval pour évoquer la situation sociale sur notre commune et les missions de service public qu’ils réalisent.

21 février 2020 – Echanges fructueux avec les passionnés membres de l’ASPAL

L’ASPAL c’est 40 ans d’existence, 250 membres, des conférences, des visites, des expositions, des publications, un travail de fourmi sur l’histoire et le patrimoine de Saint-Genis-Laval.

Parce que nous visons à améliorer la condition des générations futures, nous devons travailler sur notre passé, notre héritage, notre patrimoine. Notre vision de l’avenir doit s’ancrer dans des racines qu’il faut partager avec les plus jeunes. L’ASPAL a toute sa place pour transmettre le témoin aux générations futures en lien avec les projets éducatifs des écoles.

16 février 2020 – Visite de l’Ecole Steiner Waldorf Lyon

Eric Perez, notre tête de liste, a visité l’école Steiner, implantée depuis plus de 30 ans à Saint-Genis-Laval. Cet établissement accueille près de 200 élèves aujourd’hui. Une rencontre riche et instructive avec une école souvent oubliée dans notre commune.

6 février 2020 – Rencontre avec la villa Mercedes de Habitat et Humanisme

Pension de famille pour des personnes « cabossées par la vie ». Ces structures ont besoin de soutien pour le bien qu’elles rendent à la collectivité et aux personnes ayant un parcours de vie difficile. Des passerelles avec d’autres structures saint-genoises méritent d’être tracées.

4 février 2020 – Rencontre avec le comité de défense de l’hôpital Henry Gabrielle.

Notre tête de liste Eric Perez aux côtés de Jean-Charles Kohlhaas et Bertrand Artigny
visitent l’hôpital et discutent de son maintien sur Saint-Genis-Laval.

A la suite de cette rencontre, un courrier précisant notre position a été adressé au comité de soutien. Elle est disponible sur notre page facebook en suivant le lien ci-dessous :

21 janvier 2020 – Rencontre avec Xavier Thiolliere, président de l’ACAPS.

Xavier Thiollere est le président de l’Association des Commerçants, Artisans et Professionnels de Santé de Saint-Genis. Avec Eric Perez, tête de liste Saint-Genis Verte et Solidaire, ils ont échangé sur les actions à mener pour redynamiser notre centre-ville, trouver des solutions pour favoriser le commerce local, animer nos places et faire travailler en synergie les différents partenaires de la ville.

A la rencontre des acteurs de la transition écologique

12 février 2020 – Visite sur le site ECOVALIM à Vourles avec Jean-François Miellet.

Ecovalim est une PME innovante, qui valorise les déchets alimentaires, embauche local et ne demande qu’à expérimenter de nouvelles solutions avec les communes alentour.

Un exemple de ce que l’on peut faire de mieux localement sur la transition écologique.

23 janvier 2020 – Déjeuner de travail en compagnie de Laure-Hélène Viallon du GRAP – Groupement Régional Alimentaire de Proximité – Auvergne Rhone Alpes Nous avons échangé sur l’alimentation de qualité, la création de circuits courts et les possibilités dont dispose une commune pour accompagner l’ouverture de commerces de proximité innovants.

Cahier des charges pour les activités associées et intégrées à découvrir en suivant le lien ci-dessous :
http://www.grap.coop/…/CdC-GRAP-valid%C3%A9-suite-AG-2018-0…

20 février 2020 – Rencontre avec Delphine Batho

Eric Pérez, notre tête de liste, participe à une rencontre avec Delphine Batho, organisée par Le Temps d’Agir Oullins et Jean-Charles Kohlhaas. Au programme : travailler sur les solutions locales à mettre en œuvre dans le domaine de la santé et de l’environnement.

23 janvier 2020 – Alternatiba ANV Rhône

Enorme travail d’Alternatiba ANV Rhône sur les impacts de l’anneau des sciences. Des solutions alternatives existent. Elles sont moins impactantes pour le portefeuille des contribuables et des usagers et surtout pour l’environnement.

6 février 2020 – Échanges avec Eisenia – Lyon sur la valorisation des biodéchets et le vermi/lombricompostage.

Cette association propose des solutions simples pour éviter le gaspillage alimentaire grâce à l’installation de lombricomposteurs en ville pour la récupération des denrées alimentaires produites par les particuliers mais aussi par les restaurants, les entreprises, les marchés, etc.

Cette matière organique est ensuite transformée et valorisée par sa réintroduction dans les terres agricoles pour nourrir les sols.

11 février 2020 – Rencontre avec Maxime Meyer, président de France Nature Environnement Rhône

Eric Pérez reçoit le numéro spécial élections métropolitaines et municipales de FNE Rhône des mains de son président, Maxime Meyer. Nous avons hâte de pouvoir démontrer nos engagements par des actions concrètes.

15 janvier 2020 – Cantine sans plastique

Le plastique est partout dans les cantines scolaires : poches de cuisson, barquette et même vaisselle ! Nous pensons qu’une alimentation saine, bio et sans plastique est essentielle pour le bon développement de nos enfants ! Nous prenons l’engagement de mettre en place la chartre « cantines sans plastique » signée par Eric Pérez, notre tête de liste.

Santé et Santé-Environnement

Notre vision de la ville en 2030

Il y a dix ans, nous avons initié une rencontre entre professionnels de santé et usagers. Nous avions dessiné une cartographie de l’existant sur la commune et pris des orientations pour favoriser des soins de proximité et de qualité.

En parallèle avec les usagers, une réflexion de fond pluriprofessionnelle (généralistes, infirmier(e)s, kinés, orthophonistes, psychologues …) a permis la création de deux maisons de santé réparties sur la commune, œuvrant ensemble sur des projets au sein d’un pôle de santé.
C’est aujourd’hui une condition importante pour une pérennisation de l’offre en professionnels.

Ainsi, des spécialités complémentaires sont venues renforcer les professionnels de premiers recours : un ophtalmologue et un dermatologue proposent des consultations régulières au sein du pôle. L’installation d’un cabinet dentaire est en projet.

Cette nouvelle organisation permet tout à la fois des soins de proximité et des actions de prévention et de formation à la santé dans chaque quartier. En lien avec des associations, les écoles et avec les centres sociaux, des petits déjeuners « santé », ateliers « chute » pour des personnes âgées, ateliers « marche » pour les patients diabétiques sont organisés régulièrement chaque semaine. L’arrivée d’une médiatrice santé a permis une évaluation des besoins des personnes dépendantes pour un maintien à domicile. Des ateliers santé dans les crèches, les écoles, les maisons de retraite favorisent une sensibilisation à l’exercice physique, aux liens entre santé et environnement (qualité de l’air, alimentation ou impact des écrans sur les enfants par exemple).

Ces lieux de regroupement entre professionnels permettent une meilleure connaissance des soignants entre eux et augmentent leur capacité à accompagner de concert leurs patients communs.

Cela favorise pareillement le rapprochement avec l’hôpital Lyon Sud pour un meilleur confort de tous, personnes, familles et professionnels.